Juillet 2018. Un dimanche tout gris. Un peu de pluie. Un peu de vent. Après des semaines de soleil et de chaleur, notre nord Cotentin s’est assombri le temps d’une journée. Pour chasser l’herbe sèche et le vert qui jaunit. Un peu, c’est toujours ça de pris. Ce jour-là, nous nous sommes dit que nous allions prendre la route de la côte et respirer le grand air. Cette fois-ci, ça sera donc le Fort du Cap Lévy. L’air est chaud finalement. Le ciel est juste magnifique. Chargé, se laissant parfois percer par les rayons du soleil. Ce bleu gris qui contraste si bien avec le sol encore si jaune. Le lumière qui change chaque minute, et donne au paysage des teintes incroyables. Notre appareil photo ne restera pas bien longtemps dans notre sac, vous l’aurez deviné. Nous étions partis pour rester cinq minutes. Nous y aurons passé deux heures…
Nous avions donc envie de vous emmener avec nous, profiter de la balade. Un même endroit. Deux regards. Une photo est bien loin d’être qu’une image, vous savez. Il y a derrière toute la sensibilité du photographe, son histoire, ses choix, un petit bout de sa vie en fait. Alors être deux au même endroit, au même moment. Mais vous montrer ce que l’on voit de différent, ce qui nous a touché, l’un et l’autre. Et le partager avec vous. Ça vous dit ?

Bienvenue dans ce premier chapitre de notre nouvelle aventure photographique. Alter horizon. Ou photographier à deux. On vous explique tout à la fin de l’article. Pour le moment, direction le Fort Joret à Fermanville. Cette côte sauvage est notre terrain de jeu. Les yeux rivés au sol, ou la tête dans les nuages. A l’affût de ce qu’on aime, tout simplement. Le jeu est infini, si vous saviez.

Pas à pas
Au milieu des chemins sinueux, Fort du Cap Lévy à Fermanville,
tel était notre destination avec Coraline, après avoir bifurqué de notre route.
Suivant notre intuition que la lumière de ce dimanche pluvieusement triste,
laisse place à un de ces temps que seul notre Cotentin peu connaître.
Les objectifs toujours dans le sac, nous voilà garés, parés à photographier et…
changeant d’instant en instant, les lumières promises nous étourdissent ! (Léo)

Photographier tous les deux, c’est se sentir encore plus libre. Libre d’aller chercher ce qui me touche, moi. De prendre le temps. D’essayer. De rater, parfois. Et de réussir. Je sais qu’il et là, et que nos images, ensemble, raconteront encore plus de choses, différemment en tous cas, de ce que j’aurais pu faire seule. (Coraline)

Mardi dans mon jardin
Les trois mois passés sans pluie, donnent le confort inquiétant de ne pas tondre
la terre ne sait même plus quelle peine donner, soit dure soit poussiéreuse.
Les plantes supplient de les arroser, jardin trop grand je dois hélas faire des choix.
Au-delà les talus sont grillés, faisant mentir le dicton local « Normandie FortEtVert »
Malgré ma nature optimiste, les messages d’alertes climatiques raisonnent.
Témoin de ce moment questionnant, notre travail sera basé sur le traitement de la couleur jaune ! (Léo)

Au ras du sol. A plat ventre dans la lande, il n’y a que comme ça que je pouvais photographier ces couleurs incroyables. Ces teintes là qui racontent le manque de pluie. Le soleil encore et encore. Cette végétation que j’aime tant. Ma terre. (Coraline)

Passer ma main dans les herbes. Effleurer. Et sentir contre ma peau. Ma poésie à moi. (Coraline)

Se photographier l’un et l’autre fait partie du jeu. Pour se souvenir des positions dans lesquelles nous sommes capables de nous mettre. Parce que derrière chaque image il y a l’un de nous. Petits bouts d’histoires. (Coraline)

J’aime le flou. La sensation qu’il me procure pourrait ressembler à mon esprit qui vagabonde. Il permet à mes pensées de voyager. Pourquoi, je ne sais pas vraiment. Mais peu importe finalement, j’y trouve la poésie qui me donne envie de rêver. Les mots que je ne trouve pas forcément. (Coraline)

Sentiments mitigés
La satisfaction, d’avoir su saisir in extrémis ce moment de fin de journée,
la mélancolie, que laisse cette pluie de fin de vacances,
l’admiration, de ces changements presque instantanés dans le ciel,
l’impuissance, face à des éléments supérieurs renvoyant à notre petitesse,
la joie, de partager avec Coraline ce moment photographique,
m’exaltent et me donnent envie de graver ces sentiments sur la pellicule ! (Léo)

Confiance
Deux… nous sommes deux photographes, au même moment et au même endroit,
situation pas courante souvent concurrente, nous nous sommes trouvés.
Il nous arrive souvent de nous promener, avec cette volonté de regards croisés,
en y pensant mais sans jamais le calculer, nous nous entrainons à notre complémentarité.
Aujourd’hui d’une situation souvent produite, déjà travaillée mais jamais divulguée,
c’est alors en toute confiance que nous vous présentons notre travail ! (Léo)

L’image avec un grand i
Parfois il est de ces images qui restent, sans que l’on s’en rende compte,
elles se figent au plus profond de notre esprit, et ressurgissent de temps en temps.
Une petite plante qui pousse sur le bout d’un rocher, seule contre vents et marées,
Sans même connaitre son nom, ma mémoire la connait très bien.
Association avec un sentiment dominant relié cet instant, sa présence m’a touchée,
je perçois une combativité, une force, un esthétisme, une mélancolie.
Et vous, quel est la dernière image qui s’est gravée au plus profond de vous… ? (Léo)

Se laisser surprendre. Par une lumière. Une couleur. Croire que c’est fini, qu’il est temps de rentrer. Et puis non. Les rayons du soleil qui traversent une dernière fois les nuages si épais. Donnant au paysage une allure incroyable. Et bien plus qu’une photo, c’est cette sensation unique de savoir le privilège que l’on a d’être là, à ce moment précis. (Coraline)

Reflets bonheurs
En haut des marches un espace privilégié, permet aux hôtes une vue sur mer incroyable,
Les vitres se jouent de nos yeux, tantôt dedans tantôt dehors nos yeux s’affolent.
De la concentration pour un de mes exercices préférés, je veux voir tout,
et essayer de capter cette image qui n’existe pas, mais à la fois si, puisque je la vois.
Voir passer Coraline qui est dehors mais aussi dedans… euh enfin qui est dans mon viseur,
créer cette image complexe originale pour les joueurs curieux, est un de mes petits bonheurs !

Photographier des détails, pour raconter une histoire. Parce que je sais que certaines images viendront compléter les autres. Viendront décrire  l’ambiance, l’humeur du moment. Et pour cela, j’aime photographier de manière instinctive. Sans calculer mon image. Juste déclencher à l’émotion. Parfois je me dis que ça ne résonnera qu’à l’intérieur de moi. Et puis tant pis. C’est déjà ça. (Coraline)

Cet article-là marque le début d’un nouveau projet. Alter horizon. D’une passion commune est née l’envie de vous emmener avec nous voyager un peu. Dans nos endroits préférés. Mais aussi tous les autres. Confronter nos regards. Les compléter. Partager, surtout.

Alter Horizon est un projet de création photographique original issu de la rencontre de deux photographes : Coraline Simon et Maro (Léo Barquin). Mûrit depuis quelques mois, nous avons à cœur de partager avec vous notre expérience et notre vision de la photo à deux. Alter, la relation du duel autant que du duo. Mais aussi la relation à l’autre en général, qui traduit pour nous un état d’esprit de partage. L’horizon. Même si nous avons des sensibilités différentes, plutôt nature pour Coraline et plutôt urbain pour MaRo, nous avons tous un horizon commun qui ne peut être que plus beau s’il est regardé de multiples façons. Ainsi nos projets divers seront largement commentés par nos soins pour vous emmener dans notre univers. Nous déroulerons ainsi plusieurs chapitres avec des approches parfois singulières laissant libre court à nos inspirations. Bienvenue dans notre monde, Alter Horizon.

Retrouvez nos photos lors de notre prochaine expo à la Maison pour Tous Léo Lagrange à Cherbourg, à partir du 3 septembre. Pour découvrir ou redécouvrir Cherbourg et ses alentours à travers nos regards. Parce qu’il n’y en n’a pas deux identiques. C’est là toute la richesse de ce que l’on aime faire. Photographier.

Coraline et Léo (MaRo Photo)

Leave A

Comment

Laisser un commentaire